[Français] [Deutsch] [English] 

safran bio de l'aveyron

Le safran bio NCP Aveyron

Safran Bio Aveyron : Cultivé dans l'Aveyron sur un terrain sans culture depuis 10 ans, ma safranière est entretenue de façon saine. Un désherbage manuel permet d'éviter tout produit chimique.
Les bulbes achetées bio ont été plantées en juillet 2009. Notre première récolte en octobre.

J'ai conditionné mes pistils de trois façon : pour les 0,20 gr dans un mini bocal en verre, pour les 0,50 gr dans une bocal rond en verre avec bouchon liège, pour les 1 gr dans un bocal carré en verre avec bouchon liège.
Vous pourrez les trouver en vente sur le site revendeur  www.campagneetstyle.com à la rubrique safran.

Les prix :
  • safran bio Aveyron 0,20 gramme : 8.50 euros
  • safran bio Aveyron 0,50 gramme : 15 euros
  • safran bio Aveyron 1 gramme : 29 euros

bulbes de safran bio Aveyron : 1 euro le bulbe
tarif réduit à partir de 500 bulbes : 0,50 euros le bulbe
Bulbes à commander avant le 01 juin  à contact@campagneetstyle.com


J'ai acheté mes bulbes bio à une Aveyronnaise qui est safranière dans l'Aveyron depuis 14 ans. Ma terre du Ségala (région de l'Aveyron) de culture était vierge de tous produits chimiques depuis plus de 10 ans. C'est tout naturellement que je me suis tournée vers le bio. La certification c'est Qualité France qui me l'a donnée.

Ne jamais consommer une grande quantité de safran par jour.

Comment cultiver du safran?

Vidéo sur la culture du safran

La plantation

Le safran aime l'altitude (entre 650 et 1200m). C'est une plante rustique.
Il faudra contrôler le sol où l'on veut le planter. Les sols très argileux et imperméables sont à déconseiller car le bulbe risque de s'asphyxier. Un dessication peut aussi arriver dans les sols trop sablonneux.
Le calcaire est toléré même des teneurs de l'ordre de 20%. Le PH du sol est par contre indifférent au safran.
Le safran n'a pas besoin de beaucoup d'eau (600 à 700 mm/an). Il faut que cet apport soit bien réparti dans l'année.

La plante du safran appartient à la famille des Iridacées. C'est une plante pérenne et herbacée. Elle peut atteindre 25 cm de hauteur. Elle se multiplie au dessus du bulbe.


Mai :  Un à deux mois avant, il faudra labourer en croisé et profond de 40 cm environ.

Juillet : Un second labour sera nécessaire juste avant la plantation.

Juillet/Août : Plantation du bulbe.

Août : Un mois après la plantation, un binage à 10 cm de profondeur permettra d'éliminer les mauvaises herbes. Attention à ne pas endommager les bulbes.
Septembre : On pratique un binage superficiel entre les sillons pour briser la croûte, ainsi qu'un sarclage qui ameublit et aère le sol, tout en éradiquant les mauvaises herbes.


La préparation du bulbe : il faudra éliminer les tuniques pour n'en laisser qu'une. Les bulbes présentant une anomalie seront éliminés.  On conseille de planter les bulbes après leur récolte. Si cela est impossible, il faudra les conserver à l'abri de la lumière et de l'humidité et dans un local bien aéré.

En général, le safran est planté dans des champs ont accueilli des cultures exemptes de maladies, pour éviter tout problème phytosanitaire. Les problèmes du safran : les champignons Fusarium oxysporum f.sp. gladioli, Rhizoctonia croccorum et Rhizoctonia violacea, ainsi que par l'acarien Rhizoglyphus

La récolte

La floraison commence entre le 10 et le 20 octobre. Elle dure 15 jours environ, bien que 70% de la production soit récolté les cinq premiers jours.

L'arrachage des bulbes : cette activité se déroule au mois juin. Les bulbes sont arrachés du champ à l'aide d'une fourche. Elles sont ensuite ramassées à la main. Ensuite, elles seront nettoyées de la terre, de l'eau et des végétaux. On enlève les tuniques externes et les bulbes du cycle précédent (attaché à la base du nouveau bulbe). Nettoyer les bulbes par une douche.

L'émondage : Il s'agit d'une opération traditionnellement observée tout au long des siècles, qui consiste à séparer le stigmate du reste de la fleur. Il y a peu, l'émondage ne pouvait s'effectuer que manuellement. Aujourd'hui, en Macédoine occidentale, certains gros producteurs utilisent des machines semiautomatiques qui séparent les stigmates du reste de la fleur à travers l'action de l'air produit par un ventilateur. Toutefois, ils pratiquent également l'émondage à la main, ce qui permet d'obtenir un safran de meilleure qualité. En Sardaigne traditionnellement on sépare les stigmates des autres parties de la fleur de deux façons différentes : soit on ouvre la fleur en utilisant les deux mains et on coupe le style juste à la base des trois stigmates, en faisant attention à ne pas les séparer, et en éliminant ensuite la partie blanche du style. Une autre technique d'émondage est appliquée sur la fleur encore fermée : on coupe le tube du périgone à l'aide de l'ongle ou des ciseaux, en tenant les stigmates avec l'autre main.

En Castille-La Manche, on sectionne la fleur dans le tube du périgone avec l'ongle du pouce et l'index de la main droite pour éliminer le style, en faisant attention à ne pas séparer les trois filaments du stigmate. En même temps, on exerce une légère pression sur la fleur en la faisant glisser entre les doigts pour l'ouvrir légèrement et extraire le stigmate complet. Si ce dernier est de bonne qualité, il est tellement long qu'il perce légèrement de la fleur fermée. La main droite extrait le stigmate, alors que la main gauche jette le reste de la fleur sur le giron de l'émondeuse.

Déshydratation des stigmates

C'est le processus le plus important et le plus délicat, au cours duquel les stigmates perdent 20 % de leur poids initial et sont transformés en épice. Les modalités d'exécution du processus varient légèrement dans les trois régions de production. En Sardaigne, avant le processus de déshydratation on effectue la  «feidatura » qui consiste à humecter les stigmates avec l'huile d'olive extra- vierge (un quart de cuillère à café pour 100 g de safran frais). On pense que ce processus améliore l'aspect physique des stigmates et leur conservation. Pour ce qui est du processus de déshydratation proprement dit, on étale les stigmates sur des planches en bois et on les fait sécher à la chaleur du feu de cheminée, pendant la nuit. De nos jours on utilise également des fours électriques équipés d'un thermostat à la température de 40ºC, environ. En Macédoine occidentale, les stigmates frais sont étalés en fines couches sur des tamis en soie et ensuite stockés pendant 24 heures dans une chambre à température contrôlée entre 25 et 30 ºC. En Castille, le processus de déshydratation consiste à étaler les stigmates frais en couches inférieures à 2 cm sur des tamis en toile métallique ou en soie, puis à les exposer à des sources de chaleur, telles que le feu de la cuisinière au gaz butane ou les braises de sarments, les radiateurs, les poêles à charbon. Quant au temps de séchage, il préfère une brève durée, (une demi heure environ) et une température plus élevée de 70 °C.

La récolte des fleurs est faite manuellement. On coupe la fleur à la base de sa corolle avec l'ongle et on la dépose dans des paniers évasés pour éviter que les fleurs ne soient pas écrasées par leur poids. La récolte est une tâche délicate et pénible, en raison des conditions météorologiques défavorables et de la position peu confortable que doivent adopter les cueilleurs.

On obtient la poudre de safran en récoltant et en séchant les filaments du Crocus sativus, cueillis à la main. Il faut environ 200 000 stigmates pour obtenir un kilo du précieux ingrédient et 5 kilos de filaments frais pour obtenir 1 kilo de safran séché. Ce qui explique le prix particulièrement élevé de cet « or rouge » : de 3 000 à 15 000 e le kilo. Si l'on peut en trouver à un prix inférieur, il peut s'agir de falsification – certains marchands n'hésitant pas à lui substituer des fleurs de carthame ou du Curcuma longa.
C'est une pratique qui remonte aux premiers temps du commerce de la très précieuse épice. Pour savoir si le marchand mentait sur sa cargaison, on recommandait de plonger la main dans le sac. Si les stigmates restaient collés aux doigts, il y avait bien fraude. L'offense était punie par l'incinération des sacs… et du marchand !


Recettes safranées

    
Verrine de rougets et courgettes (pour 4 verrines)
  • 8 petits filets de rouget
  • 3 courgettes
  • 1 oignon
  • 1 gousse d'ail
  • 1 poignée de chapelure
  • 100gr de lardons
  • 1c à soupe de crème fraîche
  • Muscade, curry
  • 20 stigmates de safran
  • quelques pistaches
  • huile olive sel et poivre

Quelques heures avant : décongeler les filets de rouget et faire infuser les stigmates de safran dans la crème fraîche.
Préparation : mixer les courgettes, l'oignon, l'ail, la chapelure et les lardons.
Faire revenir la préparation dans une sauteuse avec l'huile d'olive. Ajouter la crème fraîche safrané, la muscade et le curry. Saler et poivrer.
Faire revenir les rougets dans une poêle.
Préparer les verrines en alternant une couche de rouget une couche de courgette.
Au dernier moment faire réchauffer 30 secondes au micro onde et servir aussitôt sans oublier de rajouter quelques pistaches.
Bon appétit!

gâteau safrané au citron

Ingrédients :

  • 4 œufs
  • 1 yaourt nature
  • 1 ½ verre de sucre
  • 9 cuillères à soupe bien pleines de farine
  • 1 sachet de levure
  • 100 gr de beurre
  • 1 verre de limonade citronnée
  • 2 citrons
  • 25 filaments de safran           
production française de safran biologique
que vous pouvez commander sur le site www.objet-de-decoration.fr     


La veille (ou plusieurs heures avant) faire infuser les filaments de safran dans de l'eau très chaude.
Mélanger les œufs, le yaourt et le sucre dans un récipient.
Ajouter la farine, la levure.
Ensuite incorporer le beurre fondu.
Ajouter la limonade, le jus des citrons et l'infusion de safran.
Beurrer un moule à cake.
Mettre la préparation dans le moule et enfourner thermostat 200 pendant 30 minutes environ (surveiller la cuisson).

BON APPETIT !

Crème brulée safrané

Ingrédients :
  • 8 jaunes d'oeufs
  • 80 gr de sucre
  • 25 cl de lait
  • 50 cl de crème liquide
  • 20 filaments de safran
  • 20 gr de sucre cassonade

Faire infuser le safran dans le lait tiède plusieurs heures avant.
Mélanger les jaunes et le sucre puis ajouter le lait safrané et la crème.
Verser la préparation dans des ramequins. Cuire au bain marie 45mn au four th 3 ou 90°C.
Attention la crème ne doit jamais bouillir.
Sortir du four et refroidir.
Au moment de servir, saupoudrer du sucre cassonade et dorer sous le grill quelques minutes.

BON APPETIT !

Thé Rouge au safran

Verser dans une théière d'eau frémissante, une petite poignée de thé rouge et 10 filaments de safran.
Infuser quelques minutes.
Sucrer à votre convenance.
Cette infusion se boit également froide.

A DEGUSTER !



Ne jamais consommer une grande quantité de safran par jour.

La safran et la médecine

Le crocus sativus ou safran (à ne pas confondre avec le colchique).  Des papyrus de l'Égypte ancienne nous dévoilent que les pharaons l'utilisaient pour la purification des temples et des lieux sacrés. En Orient, il apporte gaieté et sagesse. C'est la couleur des vêtement des moines bouddhistes.

Règles douloureuses
Cette épice a longtemps été réputée pour remédier à de nombreuses affections. Parmi ses atouts, il serait l'un des végétaux les plus riches en riboflavine, c'est-à-dire en vitamine B12. Il renferme à la fois de l'huile essentielle, le safranal, et de 5 à 25 % de pigments, les crocétines, qui sont des caroténoïdes, soit de la pro-vitamine A.
Tandis que les pigments jouent un rôle de stimulant digestif, le safranal possède une activité sédative. De façon générale, le safran agit sur le système nerveux : il est à la fois analgésique – il est recommandé en cas de règles et de gencives douloureuses – et tonique.

Antidépresseur à hauteur du Prozac
Si l'on considère depuis fort longtemps que le safran apporte la gaieté, ce n'est pas sans raison. Deux essais cliniques ont été menés, pendant six semaines, chacun sur quarante sujets souffrant de dépression légère à modérée. Ces études se sont déroulées en Iran où, dans la médecine traditionnelle persane, on traite de façon courante la dépression avec cette épice. Dans le premier essai, les effets du safran ont été comparés à ceux d'un placebo et les résultats ont indiqué que le premier était significativement plus efficace que le second pour soulager les symptômes.
Dans le second essai, ses effets ont été comparés à ceux d'une molécule utilisée couramment dans les cas de dépression, la fluoxétine, mieux connue sous le nom de Prozac. L'épice s'est révélée aussi efficace que le médicament et aucun effet indésirable n'a été noté lors de l'étude.
Une formule a été mise au point chez la société Salvia. À base de safran et d'huile de périlla, la synergie de ces deux produits renforce l'efficacité des deux constituants.

Ne jamais consommer une grande quantité de safran par jour.

    Le sirop de safran
1.      Laisser macérer 25 g de stigmates écrasés pendant deux jours dans un demi-litre de vin doux.
2.      Au troisième jour, filtrer et ajouter 600 g de sucre de canne. Faire fondre dans un bain-marie couvert. Laisser refroidir. Conserver bien bouché.
Le sirop de safran est un antalgique interne et externe.
Vous pouvez le boire en cas de maux d'estomac et de colique.

Attention à consommer avec modération.


Copyright (C) 2008. Tous droits réservés.
annonces/liens
Mentions légales

Cliquez ici pour vous abonner à ce flux RSS
Contactez l'auteur à contact@dekomaison.com